Le livre de saphir de Gilbert Sinoué

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le livre de saphir de Gilbert Sinoué

Message  Moïsha le Dim 25 Juin 2006 - 20:10

Le livre de saphir de Gilbert Sinoué


L’auteur

Gilbert Sinoué est né au Caire en 1947. Il débute ses études chez les jésuites et entre à l’Ecole Normale de Musique de Paris.

Genre: Polar Historique esotérique


Bibliographie

1987 : Le pourpre et l’olivier (premier roman et prix Jean d’Heurs du roman historique)

1989 : Avicenne ou la route d’Ispahan

1991 : L’Egyptienne (prix littéraire du Quartier Latin) et la suite : La Fille du Nil

1996 : Le livre de saphir



L’histoire

L’Espagne, à l’extrême fin du XVème siècle.

Tout commence à Tolède le 28 avril 1487 « le soleil venait de se hisser au-dessus de la cathédrale… », lors d’un autodafé et l’exécution d’hérétiques et de « marranes » soupçonnés de pratiquer en secret le judaïsme en terre catholique. Ainsi Aben Baruel meurt sous les yeux horrifiés de Manuela Vivero, suivante et confidente de la reine Isabelle.

La Famille Baruel détient depuis des temps immémoriaux un objet rectangulaire fait de saphir. Elle le nomme « le Livre de Saphir ». Ce dernier est vierge de tout mot. Son contenu ne se révèle aux lecteurs que de façon irrégulière. Quand enfin le livre dévoile son secret, il s’avère que c’est Dieu lui même qui ce fait connaître. On peut alors y lire quel est le véritable peuple élu de Dieu…

Aben Baruel, se sentant suspecté par l’Eglise, décide d’écrire trois courriers. Ils sont destinés à ses amis les plus fidèles et les plus aptes à recevoir cet héritage. Le premier courrier est destiné à son vieil ami le rabbin Samuel Ezra. Cette lettre contient le secret détenu par la famille Baruel depuis des siècles.

En lisant le don postume, Samuel Ezra tombe sur une série de feuillets dont le contenu est divisé en Palais Majeurs et en Palais Mineurs. Le texte paraît cohérent mais certains passages lui semblent incomplets. Il se dit rapidement qu’il doit y avoir d’autres exemplaires de cette lettre et que les parties manquantes doivent s’y trouver. Menant son enquête, Samuel Ezra arrive jusqu’à la demeure d’un cheik, Ibn Sarrag. Effectivement les intuitions du rabbin se confirment : le cheik détient un exemplaire de la lettre et un autre feuillet de Palais mais ils sont très différents. Parfois les deux se complètent et par moment, une fois encore, ils semblent leur manquer un morceau. Mettant un peu à contre cœur leur bien en commun, le rabbin et le cheik décident de partir en quête de ce livre dissimulé au monde, hors de portée de l’Inquisition espagnole.

Les Palais qu’ils détiennent sont en réalité des énigmes faites de références bibliques et coraniques. Ils partent ainsi, au fur et à mesure de la résolution des énigmes, à la recherche du Livre de Saphir, certes mais surtout du feuillet inconnu et indispensable. L’association d’un rabbin et d’un cheik déjà surprenante (permettant au lecteur de participer à la confrontation culturelle et religieuse des deux personnages hauts en couleurs), Aben Baruel allait d’outre tombe continuer à les surprendre en les associant à son dernier héritier, le frère Raphaël Vargas un ancien templier… Les trois personnages sont horrifiés de devoir s’associer, mais leur amitié pour Aben Baruel et le gain de cette chasse au livre saint les font persévérer dans leur collaboration.

Pendant ce temps, à la cour d’Espagne, l’inquiétude monte. En effet le rapport de la Question d’Aben Baruel laisse perplexe, ainsi que son attitude devant l’échafaud. Une fouille en règle de son logis permet la découverte d’un feuillet qui somme toute est étrange… Serait-ce un complot contre la couronne espagnole catholique ? La reine décide, sous l’influence de Torquemada, d’infiltrer le trio détonnant. Son agent sera Manuela Vivero. La reine a toute confiance en sa taromancienne. Elle se joue aussi de son dégoût pour les méthodes inquisitoriales. Les hommes vont alors s’accommoder de cette nouvelle participante. Elle sait ce que seuls les destinataires du courrier d’Aben Baruel savent…

C’est une course à travers toute l’Espagne, ravagée entre la Reconquista et l’Inquisition. Dans l’ultime cachette, le Livre de Saphir révèle son secret au rabbin, au cheik et au moine…



Un anachronisme

Remarque pour les lecteurs avertis : il y a un anachronisme, l’auteur met dans la bouche de l’un de ses personnages, le terme de “ machiavélique ”. C’est rigoureusement impossible qu’un des personnages du roman connaisse ce mot pour la simple raison qu’en 1487 il n’existait pas encore. En effet Nicolas Machiavel n’avait alors que 18 ans et il ne commença à écrire l’œuvre qu’on lui connaît qu’à partir de 1513.
avatar
Moïsha
sage de la crypte
sage de la crypte

Féminin
Nombre de messages : 660
Age : 38
Date d'inscription : 24/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://moscrypt.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum